MECASON®, une démarche pour améliorer
la durée de vie de vos roulements

Vous êtes ici : Mecason > Fiabilisation des roulements

Maintenance et fiabilisation des roulements

Evolution des pratiques de maintenance

Les analyses vibratoires périodiques ont permis de réduire la maintenance préventive systématique au profit d'une maintenance conditionnelle, c'est-à-dire une maintenance engagée seulement si l'état de la machine le demande.

Toutefois, ces analyses ne permettent pas, ou peu, d'améliorer la durée de vie des machines car la plupart du temps, les analyses ne peuvent que constater la dégradation.

Avec une surveillance continue large bande (de fréquences), il est possible d'adapter les pratiques de maintenance pour conserver les machines dans leurs conditions optimales de fonctionnement, en intervenant dès qu'une évolution significative apparaît. Il en résulte une importante augmentation de la durée de vie par une maintenance que nous pouvons qualifier de proactive.

Les retours d'expérience et les échanges avec nos clients montrent que les roulements lubrifiés à la graisse ont une durée de vie moyenne bien inférieure à celle des roulements lubrifiés à l'huile (10 à 20 000 h contre 50 à 100 000 h).

Notre expérience nous conduit à affirmer qu'en surveillant en continu les roulements lubrifiés à la graisse, il est possible de :


  • Comprendre les phénomènes qui surviennent au sein des roulements,

  • Mieux les monter,

  • Mieux les lubrifier,

Avec pour conséquence un allongement des durées de vie et une amélioration très nette de la sécurité de fonctionnement. Un roulement surveillé en continu ne peut pas causer une panne surprise !

Nos retours d'expériences et analyses nous conduisent à remettre en cause plusieurs pratiques généralisées en mécanique :


  • L'utilisation quasi générale des roulements à jeu augmenté (Classe C3) alors qu'il est noté dans toute la littérature qu'un roulement devrait fonctionner avec un jeu proche du jeu nul.

  • L'application aveugle des règles d'appoints de graisse proposées par les fabricants de roulements, sans tenir compte des réserves qui sont pourtant formulées (Abaque espacement des appoints = f(diam, type, vitesse de rotation) et quantité = D x B /200)

  • La méconnaissance des importantes différences de performances qui existent entre les formules de graisses. (Nous ne parlons pas simplement de la nature de l'agent épaississant, mais des huiles de base, des additifs, et peut-être des processus de fabrication)

Nous avons pu constater que certains roulements neufs s'avéraient difficiles à lubrifier correctement à la graisse (bruits aigus provoqués par des frictions manifestement mal lubrifiées). Personne ne sachant bien expliquer le phénomène et certains retours d'expériences nous ayant conduit à mettre en doute l'excès de jeu de fonctionnement, nous avons lancé et piloté une étude financée par TOTAL et réalisée par le laboratoire de mécanique vibratoire de l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts et Métiers à Paris.

Les résultats montrent nettement qu'il est quasiment impossible de lubrifier correctement à la graisse un roulement qui a trop de jeu. Les éléments roulants s'arrêtent de rouler et donc de tourner dans la zone non chargée, et doivent se remettre instantanément en rotation dès leur retour dans la zone chargée, avec des phénomènes transitoires qui sollicitent fortement la graisse. (Voir le résumé de l'étude dans le journal MECASON-INFOS N°1)